Nouveau • Article •  16/02/2023

Reliquats azotés et pilotage de la fertilisation azotée en sortie d'hiver

J'ajoute aux favoris. J'affiche les contenus en favoris Ajouter aux favoris
Un problème est survenu, je reassaye plus tard
Reliquats azotés et pilotage de la fertilisation azotée en sortie d'hiver

Cette année, le calcul des reliquats azotés montre globalement des quantités plus faibles et plus variables que les années antérieures. Pour sécuriser le besoin en azote des céréales au printemps, Corteva propose Utrisha N : un biostimulant capable de transformer l'azote atmosphérique en l'équivalent de 30 unités sous forme assimilable par la culture.

Sur le plan économique comme environnemental, la sur-fertilisation pénalise l’exploitation agricole, d’autant plus dans un contexte de prix élevé des engrais. L’apport azoté se pilote donc au plus près des besoins de la plante. Pour les connaître, la méthode du bilan prévisionnel, obligatoire sur certaines parcelles, reste l’outil indispensable pour faire le lien entre l’objectif de rendement, les besoins de la plante et donc, la dose optimale à apporter.

L’estimation des reliquats azotés en sortie d’hiver permet d’ajuster vos apports en fonction du contexte climatique de l’année et de l’état de la végétation. Cette analyse est obligatoire pour toute exploitation dont plus de 3 ha sont situés en zones vulnérables, dans le cadre de la Directive Nitrate. Selon un sondage réalisé par Terre-net en janvier 2023, plus de 70 % des agriculteurs ont recours aux reliquats azotés.

Des reliquats 2023 plus variables 

Cette année, les reliquats azotés en sortie d’hiver devraient être plus faibles que ceux de 2022, qui avaient profité d’une douceur automnale et d’une faible pluviométrie à l’automne et durant l’hiver. Les importantes précipitations du début d‘année ont très certainement conduit à un lessivage précoce de l’azote encore présent dans les sols, avec pour conséquence des niveaux de reliquats plus faibles et surtout plus variables. Il est donc plus que jamais important de recourir aux mesures de reliquats sur un maximum de parcelles pour tenir compte de cette variabilité. 

Utrisha N sécurise le besoin d’azote 

Pour fournir une nouvelle source d’azote à la plante, au-delà des apports d’engrais minéraux, Corteva commercialise depuis l’année dernière une véritable innovation : Utrisha N, une bactérie fixatrice d’azote atmosphérique. Sa particularité ? Elle transforme l'azote de l'air et le restitue tout au long du cycle en azote assimilable pour la culture. Après la colonisation du feuillage, les bactéries Methylobacterium symbioticum Sb23 apportent un potentiel de fixation de l’azote de 30 unités en moyenne, offrant ainsi un véritable relais au programme de fertilisation ou un moyen de compenser le déficit de reliquat azoté de l'année. 

Un biostimulant compatible avec les produits de protection 

Sur céréales, l’application d’Utrisha N doit intervenir à partir du stade épi 1 cm, dès que les conditions sont favorables à l’installation et à la multiplication de la bactérie dans la plante. Ce biostimulant s’applique ainsi en période d’ouverture des stomates (2 heures après le lever du jour et jusqu’à midi), sur végétation poussante et non stressée, entre 10 et 25°C. Utrisha N est compatible avec la plupart des produits de protection des plantes.

Pour plus d'informations sur le produit Utrisha N et sur ses conditions d’utilisation, vous pouvez contacter votre technicien ou le service Corteva à votre écoute. 

Ces contenus pourraient vous plaire